peintures murales

pigments, enduits peints…

mortier, enduit

Revêtement mural, mortier…

Mobilier métallique

… éléments de décor et statuaire …..

Tête de chien / bronze romain

Verrerie

… glaçures, verres ….

Métaux précieux, monnayage

…métaux précieux ou non, monnayge….

Paléométallurgie

… scories, minerai, …..

Matériaux de construction

….mortier, briques, tuiles….

Géologie

…roches et sédiments …

Dépôts minéraux

Elle concerne aussi les dépôts minéraux présents dans une couche stratigraphique, dans une fosse, ou bien dans un récipient (phosphates, calcium, potassium, magnésium, manganèse…) dus à une forte présence organique, à des os, à du calcaire, à des cendres, au broyage de minerai…

Nombre de mesures

Le nombre de mesures peut s’élever sans problème à plusieurs dizaines ou même dépasser la centaine. Elles permettent de ce fait de se rendre compte de l’homogénéité du matériau ou au contraire faire apparaître une discrimination et une sériation des matières utilisées et ainsi mettre en évidence des réseaux d’échanges ou des techniques artisanales, productions artistiques, manifestations sociétales (…) particuliers.

 

 

TRAVAUX REALISES

ETUDE DU MOBILIER A CARACTERE METALLURGIQUE DU SITE DE KERVEN TEIGNOUSE A INGUINIEL (56)

 

(VIème siècle av. J.-C. – Ier siècle ap. J.-C) – Intégré à la monographie du site en cours de publication

La fouille de l’habitat de l’âge du fer de Kerven Teignouse à Inguiniel dans le Morbihan, menée sous la direction de Daniel Tanguy, a livré régulièrement au cours des campagnes successives de 1991 à 2015, du mobilier divers que l’on peut rattacher au travail des métaux. L’article en cours de publication est la synthèse d’une étude (Vivet, 2019), dont l’objet porte sur l’identification et la caractérisation des matériaux permettant de renseigner cette activité métallurgique très prégnante, perçue essentiellement de manière indirecte par le biais de divers artefacts (scories, fragments de parois de foyer de forge, objets en métal). L’étude réalisée met en lumière de manière inédite la pratique de métallurgies multiples et amène à reconsidérer la nature des tâches exercées par ces artisans des métaux, de même que leur statut. Ceux-ci sont en rapport étroit avec celui des maîtres du lieu, interrogeant par là-même la typologie fonctionnelle de l’enclos et son caractère aristocratique

 

ANALYSES CHIMIQUES DU MOBILIER DU SITE DE PRODUCTION DE FER GALLO-ROMAIN DE PILLEVERTE A PLESDER (35)

Etude en cours

Le site de Pilleverte à Plesder, près de St Malo, illustre le travail de production de fer dans un atelier de la deuxième moitié du IIème siècle ap. J.-C. depuis la transformation du minerai en bas fourneau jusqu’à l’obtention de métal qui devienne forgeable. Les cinq campagnes de fouilles ont permis de reconnaître de façon inédite la chaîne opératoire et les lieux de déroulement des différentes tâches. Par suite l’atelier fournit de manière exceptionnelle des témoins mobiliers de chacune de ces phases de transformation, et en particulier des opérations d’épuration, jusqu’ici très peu renseignées, qui posent de nombreuses questions concernant l’identification des scories produites au cours de ces différentes étapes, les techniques de mise en œuvre et l’impact de ces tâches sur la nature et la composition du fer obtenu. Les mesures proposées sont en lien étroit avec l’étude morphologique et métallographique des scories.

Des progrès sensibles ont été obtenus récemment grâce aux études menées sur les demi-produits qui font l’objet des échanges à grande échelle à l’époque romaine, en particulier sur les barres-lingots découverts dans les épaves de Saintes-Maries-de-la-Mer, mais aussi à l’âge du Fer (Béziat et alii, Gallia, 2006 ; Berranger, 2009). Les analyses du métal produit à Pilleverte visent à établir une signature chimique, permettant à terme de relier les sites de production de fer avec les demi-produits qui circulent.

Un autre objectif des analyses proposées concerne l’estimation du rendement des opérations en particulier celui de l’épuration, afin de mieux approcher les quantités de métal produites, connaissant les volumes de scories rejetées par l’atelier. Enfin, participant également à cette démarche, des mesures chimiques sur le stock de minerai grillé mis au jour en 1999, à proximité du bas fourneau (50 kg environ) permettraient de connaître la composition moyenne du minerai disponible à partir d’un grand nombre d’échantillons et non plus de quelques éléments choisis.

Des analyses chimiques complémentaires sont également envisagées pour approfondir la connaissance du site et ses échanges à courte, moyenne et longue distance :

– composition des verres afin d’identifier leur provenance

– composition des pâtes des terres cuites (pesons, gros blocs de moulage du fourneau, fragments d’amphores ‘normandes’…) – comparaison avec les productions de l’atelier de tuilier/poterie du Bas Rouault à Tressé, distant de moins de 4 km.

– composition des roches employées pour les calages, le caniveau de drainage du four et les meules de broyage du minerai.

– impact du site métallurgique sur la composition de l’eau de la nappe phréatique (prélèvements de l’eau du puits).

En ce sens, ces analyses permettraient de reconstituer le complexe technique, qui, partant du minerai local, aboutit à la fourniture de métal destinée aux forges romaines dans le Grand Ouest ou plus largement dans les circuits de diffusion des ‘lingots de fer’ sous des horizons plus larges de l’empire romain.

AUTRES EXEMPLES D’APPLICATIONS

  • Florian Tereygeol, A. Arles, E. Foy, Nicolas Florsch et M. Llubes, « Dosages par fluorescence X portable d’ateliers médiévaux de production des métaux non-ferreux », ArcheoSciences [En ligne], 34 | 2010, mis en ligne le 11 avril 2013, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/ archeosciences/2802 ; DOI : 10.4000/archeosciences.2802
  • Morasz, J.-G. et Pulou, R., 1997.Les meules rotatives des mines romaines de Villefranche-deRouergue (Aveyron) : La preuve chimique de leur usage « industriel », Revue d’archéométrie, n° 21, p. 141-144.
  • Nieminen, T. M., Ukonmaanaho, L. et Shotyk, W., 2002.Enrichment of Cu, Ni, Zn, Pb and As in an ombrotrophic peat bog near a Cu-Ni smelter in Southwest Finland, The Science of The Total Environment, vol. 292, n° 1-2, p. 81-89.
  • Shalev, S., Shilstein, S. S. et Yekutieli, Y., 2006. XRF study of archaeological and metallurgical material from an ancient copper-smelting site near Ein-Yahav, Israel, Talanta, vol. 70, n° 5, p. 909-913. DOI : 10.1016/j.talanta.2006.05.052

The Perfect Surrounding

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.